À la rencontre de votre propre patrimoine – un projet qui rapproche la jeunesse de Bosnie

Vingt ans après la fin de la guerre, qui a été la plus importante en Europe après la Seconde Guerre mondiale, la société de Bosnie-Herzégovine est encore très divisée. Au cours des vingt dernières années, des centaines de millions de dollars ont été alloués à différents projets d’ONGs dont l’objectif était de rapprocher les trois communautés officielles : les Bosniaques, les Croates et les Serbes, afin d’accroître le niveau de tolérance mutuelle et de construire une société qui serait fondée sur de vrais principes démocratiques.

Malheureusement, jusqu’aujourd’hui, un véritable processus de réconciliation n’a pas eu lieu, perpétuant ainsi la culture de l’impunité et la mémoire divisée prévalente. Face à cette situation, quelques ONGs essaient encore de créer un espace où la jeunesse surmontera ces divisions systématiques imposées de l’extérieur et où elle se sentira à l’aise grâce à la communication et la découverte des «autres».

Meet your local heritage (1)

Les jeunes nettoient les tombes médiévales (au cimetière)

«À la rencontre de votre propre patrimoine» est un projet mis en place par l’ONG Edukativo et financé par l’agence de l’UNESCO en Bosnie-Herzégovine. Son ambition est de mener un travail de sensibilisation et d’éducation des lycéens de sept municipalités du centre de la Bosnie sur la question de l’héritage culturel partagé par leur communauté respective grâce à des formations innovantes, des ateliers et diverses activités destinés à leur faire prendre conscience de leur passé commun, qui s’exprime dans l’histoire culturelle et historique des monuments, et qui leur permettraient de servir de trait d’union à leur rapprochement.

Le projet s’est déroulé en trois phases : en juin 2015, la phase initiale a consisté en quatre jours d’un programme éducatif. Ensuite, les participants ont travaillé à l’élaboration de listes et de cartes destinées à mettre en valeur l’héritage culturel de leur communauté au cours d’ateliers de week-ends pendant l’été. Ils ont organisé des visites sur les sites, imaginé des activités promotionnelles créatives grâce à l’aide des nouvelles technologies et ont indépendamment imaginé une campagne afin de rapprocher l’héritage culturel au plus près des citoyens de la communauté locale, ce qui constitua la seconde phase du projet. Finalement, lors d’une troisième phase, les élèves ont organisé une «route de l’héritage culturel», une visite d’une journée de monuments culturels dans quelques municipalités, destinée à leurs contemporains, aux citoyens de la communauté, aux représentants du gouvernement et de la société civile à qui ils ont présenté tous leurs acquis en terme de savoir et de compétences.

Meet your local heritage (2)

Visite d’une grotte

«Les Nations unies ont recommandé et encouragé l’intégration et la sensibilisation des jeunes gens à la nécessité de préserver l’héritage tangible et intangible depuis de nombreuses années maintenant, parce que la pratique a démontré que ceux qui adoptent la bonne combinaison d’attitudes et de valeurs dès le plus jeune âge chérit et transmet leur héritage tout au long de leur vie, ce qui est l’un des objectifs principaux du projet également», déclare le coordinatrice du projet.

Quand au but de toutes ces activités? Elle a répondu: «Ce n’est pas un projet de réconciliation, si l’on considère que presque tous les efforts entrepris pendant toutes ces années dans le but de créer une société sans divisions apparentes, ont échoué. Le terme de “réconciliation” est problématique parmi les citoyens bosniaques. Nous n’avons pas besoin de réconciliation à proprement parler, nous vivons en paix depuis longtemps maintenant et les conflits multi-ethniques ont été réduits au minimum. Ce qu’il nous faut, c’est un dialogue, et cela a été chroniquement négligé. Sont également nécessaires des rencontres à mi-chemin entre les “nôtres” et les “leurs” et c’est ce qui distingue ce projet d’autres tentatives similaires. L’attention se porte sur l’apprentissage et l’acceptation du riche héritage culturel de notre pays, le développement du sentiment parmi les jeunes gens que nous avons hérité d’un passé qui nous appartient à tous, quel que soit le groupe ethnique auquel nous appartenons à la naissance. L’héritage culturel ne peut être aimé et accepté de manière sélective, même si on leur enseigne dans les écoles que le “nôtre” est précieux et peut-être plus riche.»

Meet your local heritage (3)

Discussions de groupe

Pendant toutes ces activités, un moment est réservé pour que les participants prennent eux-mêmes conscience de ces réalités, librement, sans qu’on leur dise qu’en adoptant cette façon de penser leur société, ils se rapprochent d’une véritable réconciliation et d’une reprise de dialogue. «En forçant les gens à se réconcilier grâce à l’organisation de divers projets de réconciliation on obtient seulement le résultat inverse, parce qu’ils la conçoivent comme une obligation, comme quelque chose qui leur est imposé et qui a toujours été stérile, et qui ne se réalisera jamais.»

Il semble que ce qui n’apparaît pas immédiatement réalisable dans les salles de classe peut certainement l’être à l’extérieur grâce à ce genre de projets, de programmes et d’échanges systématiques extra-communautaires. Mais la coordinatrice croit-elle que le projet peut initier un grand changement? «Honnêtement, je ne pense pas qu’il apportera un changement significatif. Ces jeunes retourneront dans leurs écoles respectives où ils n’ont presque aucun contact avec leurs contemporains qui étudient dans les deux autres programmes scolaires, parce que la plupart des écoles sont physiquement séparées ou fonctionnent selon le système des “deux écoles sous un même toit”. Ils regarderont les médias qui promeuvent un programme politique nationaliste et les points de vues monolithiques des pouvoirs dominants. Dès lors que la destruction de l’héritage culturel n’a pas été reconnue comme élément crucial au sein des processus des différences prévalentes, Ils continueront de le contempler au jour le jour, en estimant que cette situation est la conséquence de la seule négligence.»

Meet your local heritage (4)

Visite du site historique de la ville de Jajce

Cependant, le projet a déjà rencontré des résultats positifs visibles parmi les participants, et c’est cela qui compte au final. Šeherzada and Stella par exemple, deux jeunes filles du même âge, originaires de la même ville n’avaient pas eu l’occasion de se croiser même si elles allaient à la même école. En fait, celle-ci se trouve dans le même bâtiment mais elles suivent des programmes scolaires différents (l’un bosniaque et l’autre croate), organisés en deux équipes avec différents professeurs, principaux et personnel administratif. En grandissant, elles ne se seraient probablement pas rencontrées à l’école, ni en ville non plus parce que la plupart de leur propres institutions culturelles et même les cafés sont également séparés. En discutant de leur héritage culturel et en partageant leurs vues sur la situation prévalente dans leur ville et dans leur pays au cours de nos rencontres, il est facile pour elles de conclure à l’absurdité du système et de développer de nouvelles attitudes. Jusqu’à la fin, le projet soulèvera de nombreuses questions importantes concernant l’histoire commune et l’héritage partagé, et il est à espérer qu’il aboutira à des nombreuses histoires positives comme celle-là.

Meet your local heritage (5)

Apprendre à confectionner des souvenirs

[crp]

Auteure

Nikolina Marjanovic (Bosnie-Herzégovine)

Études : MA en histoire and archéologie

Langues : croate et anglais

Traductrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, et participation et animation dans des associations consacrées à la diffusion des livres et à la pratique de la lecture.

Langues: français, anglais, hébreu, et allemand, japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Relectrice

Cécile Leducq (France)

Etudes/travail: Jeune fille au pair et étudiante en Langues étrangères

Langues: français, anglais, italien

L’Europe est… un lieu de partage et d’opportunité que l’on doit s’efforcer de préserver

Author: Anja

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php