La diversité culturelle est le plus grand atout de l’Europe

En Europe, tant de pays et de cultures différentes sont regroupées qu’il est difficile d’imaginer que tout le monde puisse s’entendre. Et pourtant, c’est le cas. En quelque sorte. Après tout, même dans les meilleures familles on se taquine et on se dispute parfois. Mais nous ne devrions jamais oublier que cette diversité est aussi notre meilleur atout. Neuf jeunes gens issus des quatre coins de l’Europe nous exposent comment, d’une part, leur pays pourrait s’inspirer des autres et, d’autre part, comment le leur pourrait servir d’exemple à la communauté sur d’autres points.

Ignacio, Espagne

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

Je pense que, nous autres Espagnols, nous pourrions apprendre des autres Européens à encourager un comportement plus civique dans nos villes. Lors de voyages en Europe, je trouve triste d’être surpris en constatant à quel point d’autres concitoyens obéissent à leurs règles de vie commune. Des règles qui permettent à leur quartier d’être propre et soigné, où chacun respecte les biens publics ; et, à notre retour en Espagne, de continuer à suivre cette philosophie égoïste qui consiste à ne pas respecter ce qui ne nous apporte pas de récompense personnelle immédiate.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

Je pense qu’on pourrait enseigner aux gens qui voyagent et qui passent du temps en Espagne la spontanéité et le sens de l’humour (souvent de l’humour noir). Nous autres Espagnols sommes capables de faire preuve d’autodérision et de rire de beaucoup de situations difficiles, ce qui rend les problèmes plus faciles à gérer. Nous savons aussi passer des bons moments grâce à des plans improvisés ou ficelés à la dernière minute. Nous trouvons du bonheur dans peu de choses, nous prêtons moins attention au «comment» qu’au «avec qui».

Volha, Biélorussie

Learning-from-Europe-3

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

Les Biélorusses sont malins, cependant ils auraient besoin de plus de créativité et de spontanéité au quotidien. Ce sont des choses que l’on peut apprendre en nouant un contact et des liens amicaux avec les Européens. Les Biélorusses ont du mal à faire preuve d’humour et d’autodérision. Moi en revanche, je pense que le sens de l’humour enrichit l’intelligence d’une personne, et que le sérieux peut parfois être trompeur. On pourrait vraiment tirer une bonne leçon d’humour, d’esprit et d’ironie des autres Européens, et la mettre en pratique dans toutes les sphères de notre vie sociale.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

On peut vraiment prendre exemple sur les Biélorusses pour leur tolérance. C’est un peuple extrêmement ouvert d’esprit, curieux des autres cultures. L’égocentrisme national, la notion de supériorité par rapport aux autres pays, est un phénomène extrêmement rare en Biélorussie. Les Biélorusses pourraient aussi apprendre aux Européens à apprécier davantage leur culture à sa juste valeur, car nous sommes nombreux à être des grands «fans» d’autres pays européens. Les Biélorusses arrivent toujours à trouver quelque chose de positif sur lequel s’enthousiasmer dans un pays européen (héritage culturel riche, technologie ultramoderne, style de vie, gastronomie, etc.) tandis que beaucoup d’Européens trouvent ça banal et en viennent même à oublier les belles réussites de leur nation.

Laura, Italie

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

Je pense que les Italiens devraient apprendre à être plus ouverts. Nous tenons beaucoup à notre culture et à nos traditions, ce qui, en temps normal, est une bonne chose, mais qui parfois nous empêche de voir comment d’autres pays ont développé une manière de faire les choses que les Italiens ont rejetée (comme l’adoption pour les couples homosexuels) ou du moins qu’ils redoutent. Ca nous donne l’air vieux jeu ou même intolérant, mais si nous nous tournions vers d’autres pays européens, nous constaterions que nous devrions être plus modernes.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

Les Italiens sont connus pour leur talent à gérer toutes les situations. On sait toujours obtenir ce que l’on veut, ou ce dont on a besoin, même si on en a pas les moyens. On est très chaleureux avec les étrangers et on essaie toujours de mettre les gens à l’aise.

Anniina, Finlande

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

Je pense que les Finnois pourraient parfois se montrer plus tolérants et ouverts, surtout l’ancienne génération. Les Finnois forment un peuple bon et aimable, mais parfois un peu ignorant, car la Finlande est un petit pays. Voyager et aller à la rencontre d’autres peuples européens est une expérience qui peut nous ouvrir les yeux et nous apprendre beaucoup de choses importantes sur nos différences, mais également les points communs que nous partageons au final.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

Les Finnois sont généralement très honnêtes et respectueux. Ils n’empiètent pas sur l’espace privé des gens et ne parlent pas pour ne rien dire, ce qui serait vu comme impoli dans beaucoup de cultures. Par exemple, au Royaume-Uni, même les caissiers ont l’habitude de vous demander comment vous allez, ce qui est aimable, mais parfois a l’air un peu inutile puisque de toute façon ils ne s’intéressent pas vraiment à la réponse. En Finlande, les gens sont naturellement aimables les uns envers les autres mais ils ne font pas preuve de fausse politesse non plus.

Anja, Allemagne

Learning-from-Europe-3

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

Je pense que parfois les Allemands ne savent pas assez apprécier les bonnes choses et se plaignent beaucoup. Nous devrions être plus reconnaissants pour ce que nous avons et ne pas chercher à avoir toujours plus. Par exemple, certains Allemands se plaignent beaucoup du bruit, mais l’Allemagne est déjà l’un des pays les plus calmes sur terre. Je pense aussi que les Allemands devraient moins mettre leur nez dans les affaires des autres, et qu’en retour ils devraient moins se préoccuper des opinions et des paroles des autres. Ce soucis du «qu’en dira-t-on» est encore très répandu, surtout dans les petites communautés.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

Beaucoup de pays en Europe ont un lourd passé. Et pourtant il arrive souvent que des pans entiers de leur histoire soient reniés, occultés, ou idéalisés, ce qui selon moi est une erreur. L’Allemagne a fait beaucoup de progrès pour gérer son passé et éduquer les gens. Je pense qu’on pourrait montrer à d’autres pays comment confronter et réfléchir sur son passé, et ainsi comment en tirer des leçons.

Sephora, Malte

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

À montrer plus de compassion, à être plus tolérant. C’est malheureux, mais je trouve que les Maltais ont tendance à être bornés. Dès qu’on a une idée en tête, on a du mal à la changer, la corriger. Et ce qui est triste, c’est que généralement, cette habitude et cet état d’esprit se transmettent de génération en génération, créant une réaction en chaîne. J’aimerais aussi que nous soyons plus fiers de notre pays et de ses réussites. Les Maltais ont tendance à mépriser les spécificités de Malte, qu’il s’agisse de notre langue, nos traditions, notre histoire, notre style de vie, et cela se perçoit quand nous parlons de notre pays. Je suis toujours frappée par les commentaires positifs sur Malte que font les étrangers en visite dans notre pays, ce qui me pousse toujours à me demander pourquoi nous y sommes moins sensibles.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

S’il y a bien une chose que nous, les Maltais, savons faire, c’est nous montrer amicaux. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai vu les gens s’entraider, que ce soit entre compatriotes ou avec des étrangers. C’est l’un des avantages d’être un pays si petit et de vivre en petites communautés, j’imagine. On a plus tendance à se connaître, on se fait plus confiance. On a un style de vie plus détendu, plus lent. Les gens ne courent pas d’un endroit à l’autre sans adresser ne serait-ce qu’un regard à la personne assise à côté d’eux dans le bus, ou dans la rue. On se salue, on se sourie. C’est probablement ça, notre trait de caractère le plus admirable.

Sarah, Royaume-Uni

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

En Grande-Bretagne, on pourrait vraiment prendre exemple sur d’autres pays plus innovants et apprendre à se tourner vers l’avenir. On a du mal à se détacher du passé, surtout de la période des deux guerres mondiales, et encore aujourd’hui cela façonne notre manière d’aborder la politique et les relations internationales. Nous n’avons pas non plus un bon rapport à l’alimentation et à la santé, et nous devrions nous inspirer des pays plus modérés comme la France, où le «binge-drinking» par exemple n’est pas un phénomène culturel, et en retenir quelque chose.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

Nous sommes vraiment d’une politesse excessive en Grande-Bretagne, mais en même temps nous sommes capables de tout tourner en dérision, particulièrement ce qui touche à la sphère publique. Que ce soit la politique, la monarchie, la religion, tout y passe. Je pense qu’aborder des concepts ou des institutions sérieuses de manière comique est un exemple sain et positif que nous pourrions partager avec d’autres personnes.

Anna, Hongrie

Learning-from-Europe-3

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

Peut-être pourrions-nous apprendre à être moins égocentriques. Beaucoup de Hongrois ont tendance à penser que nous sommes le centre de l’Europe, voire le centre du monde, et que nous avons beaucoup souffert au cours de notre histoire, mais que, bien sûr, nous n’avons commis aucun péché. Pour eux, le plus grand lac de Hongrie est une mer, et les collines sont des montagnes. Certaines théories affirment que le hongrois est la plus vieille langue du monde, et il y a même des gens qui pensent que Jésus Christ était hongrois. Nous pourrions aussi apprendre à plus séparer la politique de la sphère privée : aujourd’hui la politique prend une place tellement importante dans la vie de tous les jours que cela peut diviser des familles aux opinions politiques différentes.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

Les Hongrois sont créatifs, nous sommes à l’origine de beaucoup d’inventions ou découvertes célèbres, comme le Rubik’s Cube, le stylo à bille, les allumettes, la vitamine C, le transformateur électrique, l’holographie ou encore le logiciel Prezi. Nous sommes spontanés, et nous arrivons à trouver des solutions inventives à des situations inattendues, et à créer des choses géniales à partir de peu de matériaux. Les Hongrois sont sensibles, ils ont un bon sens de l’humour et font de nombreux jeux de mots, ils aiment recevoir du monde et partager leur pálinka, la boisson nationale, faite maison, et sont aussi de très bons travailleurs. Et les Hongrois sont très polis : les hommes tiennent toujours la porte aux dames, et si une personne âgée monte dans les transports, nous lui offrons immédiatement notre siège.

Veronika, Slovaquie

Que pourraient apprendre les autres pays européens à nos compatriotes ?

Ce qui me vient le premier à l’esprit, et me laisse peut-être l’impression la plus forte quand je réfléchis à ce que nous pourrions apprendre d’autres pays européens, c’est clairement la gratitude. La gratitude pour toutes les belles choses dont nous jouissons, entre autres notre culture, nos traditions et notre belle nature. J’ai parfois l’impression que les Slovaques sont trop sceptiques et ont tendance à adopter un point de vue très négatif sur les choses. Nous nous focalisons sur tout ce qui ne va pas plutôt que d’apprécier et d’être reconnaissant de ce qui marche.

Que pourrions-nous enseigner aux autres ?

Récemment, j’ai remarqué que notre peuple est plutôt assidu et travailleur tout en étant silencieusement tenace. Ce sont certains traits que nous pourrions apporter à d’autres pays européens. Une fois que nous nous sommes fixés un certain objectif, nous sommes prêts à travailler dur, apprendre de nouvelles choses, même partir au bout du monde pour y parvenir.

[crp]

Illustratrice

Luzie Gerb (Allemagne)

Études : histoire de l’art, études de beaux-arts et culture comparées

Langues : allemand, anglais, suédois, français

L’Europe est… riche d’endroits magiques et des gens aux passionnantes histoires.

Site web : luzie-gerb.jimdo.com

Traductrice

Cécile Leducq (France)

Etudes/travail : Jeune fille au pair et étudiante en Langues étrangères

Langues: français, anglais, italien

L’Europe est… un lieu de partage et d’opportunité que l’on doit s’efforcer de préserver

Relectrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, et participation et animation dans des associations consacrées à la diffusion des livres et à la pratique de la lecture.

Langues : français, anglais, hébreu, et allemand, japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Author: Anja

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer