Egalité, parfaite ou presque!

Le mariage pour tous est finalement parvenu en Allemagne après que 83% de la population s’y est montrée favorable dans un sondage représentatif, malgré la forte opposition des partis conservateurs lors de la campagne électorale – plus de 16 ans après les Pays-Bas voisins, premier pays au monde à, en 2001, le mariage des couples de même sexe.

Outre ce pays précurseur, le mariage entre personnes de même sexe, en Europe, est finalement devenu semblable à celui de celles de sexe différent, dans les pays suivants: Belgique (2003), Espagne (2005), Norvège (2009), Suède (2009), Portugal (2010), Islande (2010), Danemark (2012), France (2013), Royaume-Uni (à l’exclusion de l’Irlande du Nord) (2014), Irlande (2015), Luxembourg (2015) et Finlande (2017). Il s’agit donc seulement de 13 pays sur les 49 Etats faisant géographiquement partie de l’Europe, et même pas la moitié des membres de l’Union européenne.

Le combat pour l’égalité des droits en Europe est donc loin d’être achevé. Dans un texte très personnel, l’artiste poétesse de slam évoque ses sentiments face à un élan amoureux de seconde zone, et examine l’hypocrisie dont sont entachés les arguments critiques régulièrement avancés.

Egalité, parfaite ou presque!

Une contribution de notre invitée  Veronika Rieger / 28.6.2017

 
Extrait : La loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne
Art 3
(1) Tous sont égaux devant la loi

Réveil. Ombres nocturnes, torsion vers la gauche, amie endormie. Torsion vers la droite, téléphone portable – allumé: la Une, premier anniversaire de la tuerie dans le club gay Pulse à Orlando. 49 personnes touchées. La terre tourne encore, retour à plat sur le dos.

Réveil sonne, amie ouvre les yeux, regard s’éveille plus tard avec odeur de café, phrases s’allongent. Stations de métro défilent à chaque minute, semelles foulent le train-train quotidien dans les halls universitaires hauts et creux.

Heures plus tard, la boîte aux lettres vidée. Découverte de la cinquième, sans blague, invitation de mariage de l’été, d’abord un autre café, puis ouvrir l’enveloppe.

Survol de l’écriture, mince, faut vraiment renvoyer une carte, réponses possibles:

               1 Je viendrai avec plaisir

               2 Je viendrai avec ami

L’option 2 me dépasse – mugs de café plus tard, trop d’excitation. Sortir. Appeler amie, faire des courses. Sur les 983 mètres du chemin vers le métro, subir les regards assassins. Pas de répartie à ces idiots de quinze ans «sales gouines». A nouveau, fenêtres du métro. En centre ville, regards assassins à nouveau et publicité électorale.

Je suis vraiment politiquement impliquée, mais jamais auparavant je n’ai eu une telle petite envie de voter. Je veux dire, vraiment, aucune. Depuis que tous les partis me disent qu’ils sont soi-disant libéraux et sont en sa faveur, mais aucun n’a fait le moindre effort pendant des années pour vraiment changer quelque chose, je trouve les partis aussi dignes de confiance que les clowns tueurs à Westpark.

Cette stupide invitation de mariage, encore dans mon sac à main.

Ces foutus nationalistes de droite sont toujours à Marienplatz, mais apparemment ils rajeunissent. Celui du milieu pourrait avoir l’âge de mon frère. Pensant à lui, qui n’arrive pas à rester en contact, parce qu’il ne peut pas gérer la situation, parce que mon amour est si fort, il dit qu’il n’a pas d’exigence, mais que penseraient les gens?

Dans le métro, être interpellées, sans la moindre sollicitation de notre part par un homme assis sur le banc opposé: Vous deux, avez-vous des enfants? Êtes-vous mariées?

Plongeant la main dans le sac, me coupant avec cette satanée invitation de mariage. Élément vital sur papier blanc artisanal.

L’homme d’en face est toujours insistant, vous, trop timide pour dire quelque chose, s’accroche à ma main, je pense vouloir me marier avec toi un jour. Aimerais pouvoir tenir ta main, avec ces bagues sacrément chères au doigt, et veux t’appeler femme, et je le veux vraiment. C’est-à-dire, pas maintenant, pas demain, pas cette année, mais c’est seulement en avoir la possibilité, je veux dire, un jour.

Répliquer à cet homme, avec une courtoisie parfaite, que ces questions sont très personnelles et que je n’y répondrai pas. L’homme continue à parler, dit quelque chose sur le non mariage entre de telles personnes, je perds patience.

Je ne veux plus que l’on me dise quoi que ce soit.

Au prochain qui me dira quelque chose, que mon amour, ou un mariage entre personnes du même sexe n’est pas naturel, qu’il révise ses connaissances sur la vie sexuelle des dauphins, des singes, des lions, des girafes, de centaines d’oiseaux, des hyènes, des moutons, des insectes rampants et je ne sais quoi, mais pas avec moi. Et, soit-dit en passant, le mariage n’a rien de naturel, c’est une institution introduite par l’Etat, et alors aussi naturelle et biologique que les déchets de plastique.

Et celui qui me dira que le mariage doit être réservé à l’homme et à la femme, qu’il m’explique donc, s’il vous plaît, si et comment plus de dix combinaisons biologiquement reconnues de chromosomes X et Y sont permises, et pourquoi en particulier un homme et une femme, ainsi Monsieur XY et Madame XX, devraient avoir ce privilège sur tout le reste des êtres sexués.

S’il faut alors simplement réduire le mariage à la procréation, j’exige la révocation définitive du statut marital et de tous les privilèges officiels des couples hétérosexuels sans enfant, ce qui n’en serait que la seule conséquence logique.

Et si vous venez me dire maintenant qu’un mariage entre deux personnes qui s’aiment et qui ont un âge suffisant pour jurer devant l’état, est contre la volonté de Dieu, alors vous n’avez pas bien compris le concept de la sécularisation.

Et même aux chrétiens irréductibles, j’ai encore quelque chose à dire.

Si vous dites que mon amour est contraire à la volonté de Dieu, alors c’est que vous possédez Sa sagesse. Or lui seul la détient et peut juger l’humanité. Ainsi, vous déclarez être Dieu lui-même. Même les obtus « démocrates chrétiens» ne peuvent se laisser aller à une affirmation aussi blasphématoire et vulgaire que celle-là. Mais quel que soit celui qui pratique une politique d’asile si méprisante, il a déjà perdu son droit de recourir au nom du Christ.

Il n’y a aucun argument sensé à opposer aujourd’hui au mariage entre personnes de même sexe, mais la seul raison qui expliquerait votre opposition: ce serait d’être un stupide homophobe.

J’ai déposé tout cela aux pieds de l’homme du métro, tout tombe du sac à main, grande gueule, cerveau et mémoire, apparaissent aussi, prospectus des partis qui promettent l’introduction du “mariage pour tous” avant les élections, et la feuille blanche de papier artisanal avec la petite tache de sang, on dirait un petit coeur.

Loi sur l’égalité de traitement (AGG)

§ 1 Objet de cette loi
L’objet de cette loi est de prévenir ou d’arrêter toute discrimination fondée sur l’origine raciale ou ethnique, le sexe, la religion ou croyance, le handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle.

Je regarde le plafond au-dessus de mon lit. Torsion vers la gauche, amie dort alors que la série télé se poursuit. Torsion vers la droite, téléphone portable – allumé: la Une: homme gay trentenaire brutalement battu à Munich. Autre titre : les bonhommes gay des feux tricolores seront encore allumés pour la Gay Pride. Mon agacement sur ce sujet ne s’est pas encore réveillé. Le monde tourne encore, je me remets sur le dos.

Tous sont égaux devant Dieu, disaient-ils.

Tous sont égaux devant la loi, disaient-ils.

C’est comme si 5.6 millions d’Allemands seraient encore un petit peu moins égaux, que les autres.

Auteure

Veronika Rieger (Allemagne)

Veronika Rieger est une poètesse de slam et, depuis le début de 2016, elle prend la parole publiquement. En dehors de ses interventions sur les tribunes, elle étudie la théologie évangélique afin de devenir pasteur.

Relectrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, et participation et animation dans des associations consacrées à la diffusion des livres et à la pratique de la lecture.

Langues: français, anglais, hébreu, et allemand, japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Author: Anja

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer