Irlande : Entre passé légendaire et avenir intergalactique.

Skellig Michael, Ireland. Not many people know the history of this island, where legend seems to impose itself and to overcome present reality.

De Alessandra Ivaldi / 20.6.2017

Tout d’abord, il faut expliquer que le sujet de cet exposé est le premier point d’une ligne imaginaire menant à Jérusalem. Le long de celle-ci sont également disposés six autres sites: le mont St Michael en Cornouailles, le Mont Saint-Michel in France, la Sacra di San Michele au Val di Susa et le sanctuaire de Monte Sant’Angelo en Apulie (tous deux en Italie), le monastère de Symi en Grèce et finalement le monastère du mont Carmel en Israël; soit sept sites sacrés, dédiés à Saint Michel (en réalité Skellig Michael signifie en gaélique: rocher de Michel) et situés à une distance d’environ mille kilomètres les uns des autres.

Vue de Little Skellig depuis Skellig Michael. Photo: flickr (IrishFireside)

Á ce stade, il est évident que l’histoire que nous sommes sur le point de vous compter est fortement ancrée dans l’univers religieux. Pour entrer dans les détails, nous pourrions ajouter que l’île, site inscrit au patrimoine mondiale de l’Unesco depuis 1996, est l’exemple par excellence de l’ascétisme extrême et du mode de vie austère du monachisme chrétien gaélique.

Skellig Michael est la plus grande des deux îles Skellig, située à 17 kilomètres de la côte du Kerry; un endroit où l’océan se déchaîne, ce qui rend l’accès aux deux îles quasi-impossible au reste du monde.

Depuis le VIe siècle, son unique population se limitait aux oiseaux marins… Et ensuite, que s’est-il passé? Un groupe de moines courageux est parvenu à atteindre l’île à bord de bateaux de fortune. Ils s’y sont installés en 588 et ont construit le plus incroyable monastère du monde en haut de falaises d’une beauté à couper le souffle.

Sur le chemin du monastère. Photo: flickr (Care_SMC)

Le seul moyen d’atteindre le monastère est de gravir 600 marches, creusées dans la roche, loin au-dessus de la mer. Une Haute croix ancienne surplombe les cellules spartiates des moines. Tout vient de la roche.

Le mode de vie dans ce monastère fut très différent de celui des moines de l’île principale irlandaise. L’absence de terres fertiles nécessaires à la culture des céréales rendit indispensable les jardins dédiés à la culture des légumes. Les murs du monastère offrirent un abri à ce genre de plantation. Le poisson, la viande et les oeufs des oiseaux nichant dans l’île représentèrent une part significative de l’alimentation des moines.

Le monastère sur l’île de Skellig Michael. Photo: flickr (Care_SMC)

Quant à savoir quand le monastère fut finalement abandonné, les avis des historiens sont divergents. C’est très probablement un changement climatique majeur datant du XIIe siècle qui en serait la cause. Le climat de l’île devint plus froid et la proie d’orages de plus en plus nombreux, ce qui la rendit encore moins hospitalière. Pour les moines de Skellig Michael, il était temps de rentrer sur la terre d’origine.

Au XVIe siècle, l’île et son extraordinaire monastère ont été redécouverts par de pieux visiteurs, qui chaque année venaient en pèlerinage à Skellig Michael. Cependant, les seuls véritables habitants de l’île sont à nouveau les oiseaux de mer, tout particulièrement les drôles de “puffins” (ou macareux).

«Puffin» à Skellig Michael. Photo: flickr (Maureen)

Entre-temps, sa beauté sauvage a enchanté les artistes en tout genre, les écrivains, les musiciens et même les réalisateurs de films. Le croirait-on? Alors il faut regarder Star Wars: le Réveil de la Force, sorti en 2015, et prêter attention aux dernières scènes du film. Cette île magnifique et inaccessible que l’on voit est bien notre Skellig Michael, que l’on retrouvera à nouveau dans le prochain film de la série des Star Wars: Les Derniers Jedi, qui sortira en décembre prochain.

De quoi donner envie d’organiser un voyage en Irlande, n’est-ce pas? Malheureusement, ou peut-être heureusement, Skellig Michael n’est pas l’une des destinations touristiques les plus recherchées. Les touristes sont découragés par sa situation isolée et les nombreuses restrictions imposées par les autorités irlandaises. En vérité, dix bateaux seulement sont autorisés à quitter la côte du Kerry à destination de l’île légendaire, avec à leur bord une douzaine de personnes au plus, et ceci une fois par jour.

The rocks of Skellig Micheal. Photo: flickr (GGzeOuf)

Une telle intransigeance est évidemment liée à la décision visant à préserver au mieux cet endroit unique au monde. La préservation des marches impressionnantes menant au monastère constitue la préoccupation majeure des autorités. D’une part, la présence de nombreux visiteurs impliquerait une dégradation inévitable de cette structure ancienne; d’autre part, les marches raides pourraient se révéler un réel danger pour les visiteurs qui se décideraient à les gravir.

En outre, l’accostage de l’île est absolument interdit en cas de mauvais temps qui renderait la visite à Skellig Michael particulièrement dangereuse.

Ceci dit, aucun obstacle n’est infranchissable quand l’occasion se présente de visiter un endroit aussi magique et impressionnant. Le voyage en vaut bien le détour.

Auteure

Alessandra Ivaldi (Italie)

Études: langues étrangères appliquées aux communications internationales.

Langues: Italie, anglais, allemand, français

L’Europe est… un héritage culturel.

Traductrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, et participation et animation dans des associations consacrées à la diffusion des livres et à la pratique de la lecture.

Langues: français, anglais, hébreu, et allemand, japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Relectrice

Camille Cantenot (France)

Études / travail: master en traduction littéraire et édition

Langues: français, anglais, et italien (lu)

L’Europe c’est…un vaste continent, riche de son passé et de gens dont l’histoire mérite d’être racontée

Author: Anja

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer