Noël en Italie

Noël est une des fêtes les plus prisées des enfants et des adultes, mais aussi une des plus étonnantes, parce que chaque pays a une célébration différente. Regardons ce qu’il en est dans la péninsule italique.

De Alessandra Ivaldi / 23.12.2017

Vous trouverez ici trouverez d’autres textes sur le même thème.

En Italie, la période de Noël commence le 8 décembre – jour de la célébration de l’Immaculée Conception. Les écoles et les bureaux sont fermés et les Italiens passent la journée à décorer leur maison, à installer le sapin de Noël et la scène de la nativité (ou « crèche »). Cette dernière constitue une part importante de la tradition qui est d’ailleurs d’origine exclusivement italienne : la première d’entre elles a été mise en place en 1223 par nul autre que Saint François d’Assise.

Elle peut se limiter à une représentation de la « Sacra Famiglia » (la Sainte Famille : Marie, Joseph and Jésus), ou alors bénéficier de toute une mise en scène, sur un fond de mousse abondante pour former la base de la scène sur laquelle est installée la reconstitution d’une grotte, sculptée en bois. À l’intérieur, sont disposées des petites statuettes représentant les bergers, les Rois mages, Joseph et Marie, l’âne et le boeuf… et bien sûr Jésus, le nouveau-né, introduit dans la crèche le jour de Noël seulement – le but étant de montrer que l’évènement longtemps attendu, la naissance du Christ, vient juste d’arriver.

Presepe. Photo: Pixabay

En outre, on trouve des crèches vivantes occupant des villages entiers pendant plusieurs semaines. Les autochtones revêtent des tenues traditionnelles et tiennent chacun un rôle particulier, de telle sorte qu’ils recréent la scène de la nativité avec ses caractéristiques et une atmosphère unique. On trouve des bergers, des commerçants aux activités les plus variées, des musiciens et, naturellement, la Sainte Famille. Ces évènements sont particulièrement enchanteurs, tout comme la beauté de certains paysages italiens imprégnés de l’ambiance magique et traditionnelle de Noël.

Le réveillon est célébré le 24 décembre. Les familles se retrouvent alors, et dans de nombreuses régions, passent la journée à partager le repas. Dans le sud de l’Italie, l’interdiction de manger de la viande pendant les jours précédents Noël étant encore respectée, le menu de la soirée consiste en des plats à base de poisson. Par exemple, dans les Pouilles, une région du Sud-Est, on sert traditionnellement un plat de riz accompagné de moules et de pommes de terre.

La tradition exige que les familles réunies à nouveau jouent à des jeux de société, tels que des jeux de cartes ou à la « tombola », une version italienne du loto, jusqu’à minuit. Ensuite, les familles les plus religieuses vont à la messe de minuit, célébrée dans le nuit du 24 au 25 décembre. Cela reste un évènement très sentimental, et dans certaines régions, elle peut durer plus de deux heures.

Le 25 au matin, les enfants sautent du lit afin de déballer les cadeaux, offert par « Babbo Natale » (Père Noël), ou par l’enfant Jésus. En fait, en Italie, de nombreux personnages « élus » offrent des cadeaux aux enfants pendant la période de Noël. Une des plus curieuses traditions est celle de la martyre chrétienne, Sainte Lucie, qui, dans la nuit du 12 au 13 décembre et dans des régions spécifiques, principalement au nord de l’Italie, apporte des cadeaux aux enfants. Dans d’autres régions, ils les reçoivent le 6 décembre au matin, après que St Nicolas est passé de maison en maison chargé de paquets.

Que ce soit le Père Noël, Saint Nicolas ou Sainte Lucie, la tradition de mettre la table pour des invités tardifs demeure. Les enfants de toute l’Italie le font avant d’aller au lit, disposant un verre de lait et des biscuits pour le pourvoyeur de cadeaux, de même que des carottes pour les rennes du père Noël ou le petit âne de Sainte Lucie. Ce dernier ne transporte pas seulement des jouets, mais aussi des friandises comme du chocolat que l’on trouve dans le Piémont sous le nom de Cri Cri, ou parfois des « caramelle di Santa Lucia » (bonbons de Sainte Lucie). Et, curieusement, Sainte Lucie ne fait même pas partie des traditions du Piémont, (mais apparemment elle apprécie les bonbons de la région!)

En matière de friandises, l’Italie est célèbre pour ses variétés : dans les régions du Sud, on trouve des pâtes d’amande en forme de « pesci » (poisson) ou d’« agnelli » (agneau), les « struffoli » de Naples et leurs soi-disant cousins, les « purcedduzzi » (littéralement : petits cochons). Les struffoli sont des boules de pâte, composées de farine, oeufs, matière grasse, sucre et de liqueur d’anis. Ils sont frits puis trempés dans du miel chaud. Ils sont ensuite décorés de morceaux de citron ou autres fruits confits, de sucre et des copeaux colorés. Les Purcedduzzi sont aussi des boules de pâte, parfumées à l’orange. Ils sont également frits, ensuite roulés dans du miel chaud et décorés de petites lanières faites de sucre et de chocolat. Il est traditionnel d’en préparer de larges quantités et de les offrir à ses amis et sa famille.

En revenant le long de la botte italienne, vers les régions centrales, on trouve plutôt le « panpepato » : un dessert à la forme ronde fait de pâte mélangée à des amandes, fruit sec, miel, cannelle, fruit confit et, parfois, de la poudre cacao, des graines de café, de la liqueur… Il n’y a pas de recette unique pour ce dessert, chaque famille ayant sa propre tradition.

Panettone. Photo: Pixabay

Comme autres friandises de Noël, on compte les beignets enveloppés de sucre, et les « panettone » – un dessert qui vient du nord de l’Italie et s’est répandu dans le monde entier. Bien sûr, il ne faut pas oublier le « pandoro », un autre dessert du nord, maintenant célèbre dans toute l’Italie.

Le pandoro et le panettone existent aussi dans des variétés différentes. Pour ceux qui aiment les sucreries, on peut ajouter du chocolat, différents types de crème, du sucre glace et du sucre cristallisé en guise de décoration, ainsi que les fruits confits traditionnels dans la pâte du panettone.

Pour finir ce rapide « survol » de la gastronomie italienne de Noël, il ne faut pas oublier le « vin brulé » (vin chaud), une boisson à base de vin additionnée de sucre et d’épices odorants : un incontournable du marché de Noël.

Les 25 et 26 décembre sont traditionnellement consacrés à la famille. Ses membres se retrouvent pour de grands repas…Cependant, la nourriture n’est pas tout – nous avons d’autres traditions en Italie. Entre le 5 et 7 décembre et dans les régions du Trentin-haut-Adige et du Frioule-Vénétie Julienne, les rues sont envahies de défilés de Krampus, des diables effrayants à l’air d’enfants méchants méritant une punition.

Krampus. Photo: Pixabay

Au centre de l’Italie, on trouve une tradition plus mélancolique – les « zampogne » (les cornemuses italiennes) et les zampognari (c’est-à-dire, les joueurs de cornemuse). Ce sont d’anciens instruments de musique, souvent présents dans les crèches vivantes et autres célébrations de Noël.

Befana. Photo: Pixabay

Une dernière tradition concerne la fin de la période de Noël, le 6 janvier, quand les enfants reçoivent des cadeaux, le plus souvent des bonbons, apportés dans la nuit par « Befana » – une vieille femme vive aux vêtements usés chevauchant un balai. Aux bons enfants, elle apporte des bonbons et des jouets; aux vilains, du charbon, de l’ail et des oignons.

Vous trouverez ici trouverez d’autres textes sur le même thème.

Auteure

Alessandra Ivaldi (Italie)

Études : langues étrangères appliquées aux communications internationales.

Langues : Italie, anglais, allemand, français

L’Europe est… un héritage culturel.

Traductrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, et participation et animation dans des associations consacrées à la diffusion des livres et à la pratique de la lecture.

Langues: français, anglais, hébreu, et allemand, japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Author: Anja

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php