Prisonnières et libres penseuses : les femmes en Iran

Elles vont à l’université, siègent au Parlement et façonnent la société iranienne. Pourtant, leur vie est extrêmement contrôlée et limitée par les hommes de la révolution islamique. Petit aperçu de la condition des femmes en Iran.

De Can Yildiz / 17.2.2018

Quand on pense à l’Iran, on songe tout de suite aux femmes voilées et à un mode de vie régi par la religion et les restrictions. Mais la réalité est tout autre. Les femmes jouent un rôle important et elles ont plus d’impact sur la société iranienne que ce qu’on pourrait imaginer. Par exemple, 60% des étudiants en Iran sont des femmes. Ce chiffre, quasi identique en Europe, est remarquable compte tenu du fait que l’Iran est une république théocratique. Les femmes ne manquent rien en matière d’éducation. Dans les années 1960, au temps de la monarchie, elles ont d’ailleurs vivement encouragé leur éducation .

En 1979, les femmes ont joué un rôle clé dans la chute du Shah, espérant ainsi contribuer à la création d’une société plus libre et démocratique. Cependant, la révolution islamique a eu les conséquences inverses : oppression et restrictions. Bien entendu, les Iraniennes, confiantes et éduquées, ont été grandement déçues.

La discrimination des femmes aujourd’hui reste bien ancrée dans la république islamique du Moyen-Orient. Bien que l’article 3 de la Constitution oblige l’État à « éradiquer les discriminations injustes, à garantir à tous un accès équitable à toutes les ressources et aux zones spirituelles » dans la république islamique, il ne garantit pas automatiquement l’égalité des genres.

En fait, les femmes ne sont pas autorisées à travailler dans tous les domaines. Elles ne peuvent pas devenir juge, par exemple, et les dépositions faites par les femmes ont deux fois moins de valeur que celles des hommes. Les discriminations continuent au quotidien : les violences domestiques sont loin d’être rares et de nombreuses activités banales, comme sortir le soir, peuvent avoir de lourdes répercussions sur les femmes et les filles, quand elles ne sont pas tout simplement impossibles.

Malgré toutes ces restrictions, nous devons garder à l’esprit qu’il s’agit de femmes sûres d’elles-mêmes et éduquées, se battant contre l’oppression et faisant usage de toute la liberté qui leur est accordée. Elles ne sont pas complètement exclues du marché du travail. Aujourd’hui, elles sont journalistes, enseignantes et siègent même au Parlement. Dans les grandes villes, du moins, la réglementation relative aux tenues vestimentaires sont librement interprétées.

S’il devait y avoir une autre révolution en Iran, les femmes prendraient les devants pour des raisons évidentes : liberté, égalité et une vie autonome.

Cet article a d’abord été publié dans le magazine des jeunes européens fédéralistes, taurillon.org. Son contenu est également disponible en anglais, espagnol, allemand, néerlandais et italien.

Auteur

Can Yildiz (Allemagne)

Études: Droit européen

Langues: allemand, français, anglais, danois, suédois, turc, espagnol

L’Europe c’est… la liberté, la paix et le progrès.

Traductrice

Camille Cantenot (France)

Études / travail: master en traduction littéraire et édition

Langues: français, anglais, et italien (lu)

L’Europe c’est…un vaste continent, riche de son passé et de gens dont l’histoire mérite d’être racontée

Relectrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, et participation et animation dans des associations consacrées à la diffusion des livres et à la pratique de la lecture.

Langues: français, anglais, hébreu, et allemand, japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Author: Anja

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php