Nuits magiques de la Saint Jean

Turin, capitale du Piémont au nord de l’Italie. Une ville d’art, avec ses magnifiques résidences savoisiennes construites par la famille royale de Savoie, ses grandes piazzas, ses musées. Une ville célèbre pour le football et le logo de FIAT. Cependant, Turin comporte aussi une facette cachée inconnue à de nombreuses personnes, liée à la magie et aux anciennes croyances païennes.

De Alessandra Ivaldi / 23.6.2018

La capitale du Piémont a toujours été un endroit magique, où les traditions chrétiennes et païennes se sont harmonieusement mêlées. D’une part chacun sait que la cathédrale de la ville ou Duomo, est veillée par le suaire de Turin qui attire de très nombreux pieux admirateurs venus contempler la précieuse relique de leur propres yeux. D’autre part, peu nombreux sont ceux à savoir que Turin est aussi reconnue pour sa pratique de l’occultisme, étant à la rencontre de deux “triangles magiques » – le premier qualifié de blanc, avec pour autres pôles Lyon et Prague; et le second, noir avec Londres et San Francisco.

Ce ne sont que des légendes, vous diront-ils, mais comment ces superstitions se sont-elles fondues dans la vie d’une ville moderne et dynamique? Et bien, vous devez comprendre que deux jours par an, Turin revit la magie de son passé et célèbre un curieux anniversaire, né de la rencontre des croyances païennes et chrétiennes.

Cet anniversaire se déroule le 23 et le 24 juin, quand les habitants de Turin célèbrent le saint patron de la ville : Saint Jean. Déjà au Moyen Age, la tradition exigeait que la ville s’arrête de fonctionner pendant deux jours complets lors de cet important anniversaire qui revendique des origines même plus anciennes. Leurs traces peuvent se retrouver non seulement en Italie mais aussi dans d’autres pays européens.

« Les nuits de la Saint Jean sont dédiées aux mosto, mariage, blé et maïs.» (Le mosto ou moût est fabriqué à partir de grappes de raisin écrasées avant la fermentation préalable à la production du vin). Ce proverbe, aux origine vénitiennes, montre comment la particularité des croyances liées à la nuit du 23 au 24 juin se sont installées dans le pays tout entier. En fait, durant cette nuit spéciale, il est possible d’influencer les récoltes de l’année à venir grâce à la sorcellerie (d’où la référence au mosto, au blé et au maïs), mais également le destin des jeunes filles en âge de se marier.

Les rituels de prophétie préconisent la construction de feux de joie à la campagne comme à la ville et cette pratique est toujours observée aujourd’hui dans de nombreux endroits et pas seulement en Italie.

A titre d’exemple, dans les pays scandinaves, cette date marque un très important anniversaire, durant lequel des feux de joies spectaculaires percent l’obscurité de cette nuit magique, éloigna nt les esprits maléfiques et donnant vie à un paysage pittoresque. Les anglais ont aussi leur propres croyances liées à ce moment particulier de l’année. Pensent-ils que c’est une coïncidence, peut-être, que les évènements magiques décrits dans Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare se déroulent pendant la nuit de la Saint Jean?

Restons en italie, plus précisément à Turin. Les festivités, qui se déroulent en centre ville, comprennent une large variété d’activités : des spectacles sur les piazzas, des jeux, des concerts, des activités récréatives pour les plus jeunes … Mais sans l’ombre d’un doute, les moments les plus importants de ces deux jours festifs sont le « Farò » (ou feu de joie), le défilé costumé et le feu d’artifice.

Le 23 juin, en fin d’après-midi, les rues de Turin sont envahies par une parade en costumes historiques, rappelant le passé glorieux de la ville. Elle connut l’occupation romaine, fut capitale du royaume de Sardaigne sous la dynastie de Savoie, et pour un moment, capitale du royaume d’Italie de 1861 à 1865.

Le défilé finit vers 20 heures sur la Piazza Castello, à l’opposé du Palazzo Madama (le siège du Sénat italien), l’une des résidences les plus magnifiques construites dans la capitale par la famille de Savoie durant son règne.

C’est précisément sur cette place que chaque année, une fois le défilé terminé, se tient le spectaculaire Farò, qui dans la langue du Piémont signifie « feu de joie ». La Piazza Castello en sera illuminée toute la nuit.

En son centre est dressée la silhouette d’un énorme taureau, emblème de la ville de Turin. Les flammes le consument et, à un certain moment dans la nuit, son effigie finit par tomber au sol. Même aujourd’hui, on pense que la direction de sa chute indiquera si l’année sera favorable à la ville. En fait, en tombant dans une direction particulière, le taureau pourrait être sous l’influence de la magie noire; alors que dans une autre direction, il apporterait la protection de la magie blanche sur Turin et ses habitants.

Dans la soirée du 24 juin, la fête de la Saint Jean s’achève traditionnellement par un feu d’artifice magnifique qui illumine le ciel de Turin et se reflète sur l’eau du Pô, le fleuve qui traverse la ville.

Cette année, le conseil municipal de Turin a proposé une alternative unique au traditionnel feu d’artifice. Afin d’illuminer les eaux du Pô, on aura recours à une concentration de 200 drones illuminés. Le monde progresse, mais la technologie ne peut rêver d’écarter les anciennes traditions. Il devra plutôt les intégrer, comme le Christianisme a dû le faire avec l’antique magie païenne.

Auteure

Alessandra Ivaldi (Italie)

Études : langues étrangères appliquées aux communications internationales.

Langues : Italie, anglais, allemand, français

L’Europe est... un héritage culturel.

Traductrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, et participation et animation dans des associations consacrées à la diffusion des livres et à la pratique de la lecture.

Langues: français, anglais, hébreu, et allemand, japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Author: Anja

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php