Journalistes: assassinés, emprisonnés, kidnappés!

Où en est la liberté de la presse en 2018?

De Julia Mayer / 03.06.2019

Les médias sont nécessaires à toute société démocratique. Les médias informent, vérifient et nous incitent à nous former une opinion. Les principes fondamentaux de la démocratie ne peuvent être préservés que par l’information et l’argumentation libre et ouverte, sans oublier un regard critique sur les faits et la révélation des abus. Les médias jouent donc un rôle essentiel dans la politique, l’économie, mais également la culture et les questions sociales. Ils contribuent à la stabilité du système politique et à l’évolution constante de la société. Il est donc fondamental que la presse puisse être indépendante. Que se passe-t-il quand la liberté de l’information et de la presse est entravée?
L’organisation Reporter sans Frontières documente les atteintes à la liberté de l’information et de la presse. Elle informe l’opinion public quand les journalistes et leurs collaborateurs sont en danger. Son bilan annuel reflète la triste réalité: en 2018, 348 journalistes ont été enlevés, 80 ont été tués. 60 sont toujours en captivité et trois sont portés disparus.

Des journalistes assassinés

En comparant ce bilan à l’année précédente, on compte en 2018 15 victimes de meurtres de plus qu’en 2017. 61% des journalistes assassinés en 2018 ont été visés directement, c’est à dire qu’ils ne sont pas des victimes collatérales du cadre dans lequel ils travaillaient, mais qu’ils ont été visés personnellement en raison de leur activité de journaliste, car leur travail rendait public les activités criminelles de personnalités publiques et allait ainsi à l’encontre de leur intérêts. L’Afghanistan, la Syrie et le Mexique sont les pays les plus dangereux pour les journalistes. Le Mexique n’est pas un pays en guerre, et pourtant l’hostilité envers la presse est immense, car les journalistes essaient de révéler au grand jour l’ampleur de la corruption et du crime organisé.

Des journalistes incarcérés

On retrouve ici également une augmentation de 7%. Parmi les personnes concernés, le nombre de journalistes professionnels a baissé par rapport à 2017, mais la part de blogueurs et de journalistes-citoyens a augmenté. Plus de la moitié des reporters incarcérés le sont dans seulement cinq pays, à commencer par la Chine. Suivent ensuite l’Egypte, la Turquie, l’Arabie-Saoudite et l’Iran. Après avoir mis en place un contrôle strict de leur presse nationale, ces pays adoptent désormais des législations qui leur permettront de sévir contre le journalisme en ligne. Trop souvent, les journalistes sont maintenus en détention alors que la justice ordonne leur remise en liberté. Les décisions judiciaires sont tout simplement ignorées.

Des journalistes kidnappés

Après ces premiers chiffres, il n’est pas étonnant d’apprendre que le nombre de journalistes victimes d’enlèvement a également augmenté, de 11% par rapport à 2017. C’est particulièrement au vu des conflits au Moyen-Orient que le nombre d’enlèvement pour des raisons politiques et économiques a augmenté dans cette région. La Syrie, le Yémen et l’Irak sont les pays les plus concernés.
D’autres journalistes sont portés disparus. On compte dans cette catégorie les journalistes pour lesquelles il n’y a ni revendication, ni preuve de mort, ni même signes d’un enlèvement.

Et la liberté de la presse dans l’UE? Comment peut-on améliorer la situation, dans l’UE et dans le monde?

Comme nous l’avons vu clairement, le bilan mondiale de la liberté de la presse s’est dramatiquement dégradé. Que peut-on dire de la situation dans l’UE?
Tout d’abord, l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’HOmme protège la liberté d’expression, et ainsi également la liberté de la presse et de l’audiovisuel. Tous les citoyens européens peuvent donc s’exprimer librement et partager leur opinion. La liberté de la presse, le pluralisme et l’indépendance sont des facteurs déterminants de la liberté d’expression. Et pourtant, on reproche à certains pays européens comme la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie de censurer la presse. En Hongrie par exemple, la loi de 2011 sur les médias a mené à une large censure. Il est toujours important de regarder si la loi régule qui peut détenir un média. Les propriétaires et détenteurs de médias ont en effet le pouvoir de décision et peuvent ainsi influencer ces médias ou imposer une certaine ligne éditoriale.

Afin de contrer cette influence et de protéger le pluralisme, le conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l’unanimité en mai 2015 une résolution sur la protection des journalistes en situation de conflit armé. Dans le cadre de la campagne #ProtectJournalists, 14 points de contacts pour les journalistes ont été créés. Ils peuvent y trouver une aide juridique, y demander des mesures de protection et s’entraider. Parallèlement, Reporter sans Frontières documente les atteintes et attaques envers les journalistes. L’organisation a appelé en 2018 à la création d’un droit fondamental à l’information libre et indépendante auprès d’une commission d’experts indépendante. Cette commission a adopté début novembre une “Déclaration internationale sur l’information et la démocratie”, selon laquelle “l’espace global de l’information et de la communication” doit être protégé en tant que bien commun de l’humanité.

Dans le cadre de la journée mondiale de la liberté de la presse 2018, les parlementaires européens ont appelés à protéger la liberté de la presse, le pluralisme et l’indépendance des médias. Le Parlement européen a défini des objectifs en la matière. Les journalistes d’investigation devront ainsi bénéficier de plus de soutien et une autorité de régulation indépendante va être créée. Elle sera chargée de rapporter les menaces proférées contre des journalistes. Il est également prévu d’adopter de nouveaux textes législatifs européens pour empêcher les plaintes abusives contes les journalistes. Ces objectifs sont prometteurs. Ils permettront de faire de réels progrès, au moins au sein de l’UE, et pourraient servir de modèle pour d’autres pays.

En résumé

Les médias sont des acteurs clés d’une société démocratique. Ils sont indispensables pour assurer une couverture médiatique européenne. Il nous faut donc renforcer la liberté de la presse, sanctionner les atteintes et les abus contre cette liberté, rendre publiques les attaques dont sont victimes les journalistes et prendre des mesures contre ces attaques.

Sources:

https://www.reporter-ohne-grenzen.de/jahresbilanz/2018/
https://www.bpb.de/gesellschaft/medien-und-sport/medienpolitik/189218/funktionen-der-medien-in-einer-demokratischen-gesellschaft-i-und-ii
https://www.reporter-ohne-grenzen.de/fileadmin/Redaktion/Presse/Downloads/Jahresbilanz/181217_Jahresbilanz2018.pdf
https://www.dw.com/de/rangliste-der-pressefreiheit-europa-wird-zum-krisenkontinent-f%C3%BCr-journalisten/a-43511838
https://www.deutschlandfunk.de/eu-politikerin-lochbihler-die-pressefreiheit-in-europa-ist.694.de.html?dram:article_id=416496
http://www.europarl.europa.eu/news/de/headlines/society/20180322STO00326/eu-abgeordnete-fordern-schutz-von-journalisten-und-unabhangigkeit-von-medien
http://www.europarl.europa.eu/news/de/press-room/20180426IPR02615/eu-muss-sich-starker-fur-den-pluralismus-der-medien-einsetzen

Author

Julia Mayer (Allemagne)

Etudes: Public Management

Langues: Allemand, Anglais, Français

L’Europe c’est… une communauté de valeurs pour la paix, unique en son genre, qui nous relie, indispensable à notre vivre ensemble.

Translator

Lise Moncey (France)

Études: Sciences politiques (Sécurité internationale) et Anglais

Langues: Français, Allemand, Anglais, bases de polonais

L’Europe, pour toi, c’est…là où j’entends dans une seule journée 3 ou 4 langues différentes en parlant avec des gens venus de toute l’Europe, et ça chaque jour de la semaine.

Author: alessandra

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php