Musiciens en Suisse

Cette année la Suisse a été témoin d’un événement très spécial, au cours duquel il a été possible de redécouvrir les traditions, les curiosités et les secrets de ce pays fascinant…

De Alessandra Ivaldi / 26.08.2019

La Fête des Vignerons. L’année 2019 est une année spéciale pour la Suisse, en particulier pour le canton de Vaud, situé dans le sud-ouest du pays. La raison en est la Fête des Vignerons, un anniversaire très important pour la communauté vaudoise, caractérisé par une particularité spécifique: contrairement aux fêtes de village traditionnelles, la Fête des Vignerons est célébrée au plus cinq fois dans un siècle. Entre chaque édition de ce festival peuvent passer de 14 à 28 ans: voilà pourquoi l’édition précédente remonte à 1999. C’est précisément pour cette raison que la participation à la grande fête représente un véritable must pour les Suisses.
L’événement a lieu à Vevey, une petite ville pittoresque entourée de vignes.
Cette année, le festival se célèbre à partir du 18 juillet jusqu’au 11 août. Vevey est décorée avec plein de couleurs et tous les jours il est possible d’assister à une grande variété d’expositions et de spectacles qui rendent hommage au monde viticole et aux anciennes traditions de la région.
L’origine de cette tradition n’est pas encore totalement claire, mais en 2016 elle a été insérée par l’UNESCO dans la liste des patrimoines culturels immatériels. Cependant, on n’est pas ici pour présenter l’histoire de cette tradition fascinante, ni pour parler de l’édition de cette année. Notre but est celui de nous concentrer sur un aspect particulier qui caractérise la Fête des Vignerons et la culture suisse en général: la musique.

Le jodel. Lorsqu’on pense à la musique suisse, la première chose qui nous vient à l’esprit est probablement le jodel, une chanson particulière, typique de la région alpine de langue allemande. Il s’agit d’une technique historiquement liée à la vie difficile des bergers qui vivaient dans ces montagnes. En effet, on dirait que, à l’origine, cette façon de chanter a été développée pour rappeler le bétail ou pour attirer l’attention d’autres éleveurs en cas de besoin. En fait, “renforcée” par la technique du jodel, la voix du chanteur peut également couvrir de longues distances entre une vallée et une autre.
Aujourd’hui, le jodel est devenu un élément indispensable de la culture suisse et peut être interprété par un soliste ou par une chorale au cours de suggestives représentations.

Le cor des Alpes. Cependant, la chanson est presque toujours accompagnée par des instruments de musique, très populaires dans la tradition suisse!
Le plus connu est sans doute le cor des Alpes. Il s’agit d’un long tube conique, généralement en bois de mélèze ou de sapin. Il ne présente pas de trous et son ton dépend de la longueur de l’instrument lui-même, qui peut varier de 2 à 4 mètres. Exactement comme pour le jodel, le son de ce cor peut également être entendu à des kilomètres et, à l’origine, il était utilisé pour la communication entre les bergers qui se trouvaient dans différentes vallées.

Joueurs de cor des Alpes.

Cependant, le cor des Alpes n’est pas le seul élément de cette famille d’instruments. Un de ses cousins moins célèbres est le Büchel, typique de la Suisse centrale.
Fabriqué en bois lui aussi, il est plus court que le cor des Alpes. La différence la plus évidente réside toutefois dans sa structure: le tube n’est pas si droit que celui du cor des Alpes, mais il est replié deux fois sur lui-même. Même le son s’avère être plus clair et plus aigu.
Les deux instruments sont quand-même assez difficiles à jouer. Comme il n’y a pas de trous ni de touches, la qualité sonore dépend principalement de l’aptitude du musicien à positionner au mieux les lèvres sur la bouche du grand instrument.

Exemple de cithare. Photo @Thomas Quine.

Différents types de cithares. Les cithares représentent une famille d’instruments chordophoniques caractérisés uniquement par la présence d’un support pour les cordes, éventuellement accompagné d’une caisse de résonance. Il en existe d’innombrables types. Dans la région bernoise, en Suisse, s’est répandu l’Hexenscheit, qui signifie “bûche de sorcière”. Il s’agit d’un type de cithare très ancienne, de forme trapézoïdale et généralement jouée en la tenant sur les genoux du musicien ou sur une table.

Cependant, la tradition musicale suisse offre de nombreux d’autres types de cithares, dont certaines sont particulièrement appréciées non seulement pour leur son, mais pour les magnifiques décorations qui les embellissent. Même la forme et la taille changent beaucoup en fonction du type de cithare: en effet, certaines d’entre elles ne se jouent pas posées sur un support, comme pour le Hexenscheit, mais elles sont maintenues comme s’il s’agissait de guitares. C’est le cas de la cithare de Toggenburg, district du canton de Saint-Gall, au nord-est de la Suisse.

Exemple de Hackbrett. Photo @nadja robot.

Un autre type de cithare est ce que l’on appelle Hackbrett, en français le “hammered dulcimer”. Ses cordes ne sont pas pincées avec les doigts, mais elles sont frappées avec des maillets. Il peut également être joué à quatre mains. Dans ce cas, les deux musiciens sont placés l’un en face de l’autre pendant la représentation.
Le Hackbrett a une caisse de résonance de forme trapézoïdale. Des petits ponts divisent les cordes en segments, ce qui permet de produire différentes notes. La hauteur du son dépend alors de la longueur des cordes.
Cet instrument est répandu dans l’Appenzell, au nord-est de la Suisse, et dans le Valais, au sud-ouest du pays, où l’on trouve une version plus petite de l’Hackbrett avec un nombre réduit de cordes.

Pièce de cinq francs suisses.

Instrument de percussion. À l’origine de certains des instruments de musique de la tradition suisse, on trouve également des objets de la vie quotidienne, transformés imaginativement. Le premier exemple concerne la cuillère en bois (parfois en métal) que les musiciens suisses utilisent comme percussion pour accompagner des morceaux jouées avec d’autres instruments. Les joueurs de cuillère tiennent leur instrument par la poignée et ils l’utilisent pour battre leur cuisse et leur avant-bras au rythme de la musique.
L’utilisation des cuillères en bois est ancienne, et récemment ils ont été remplacées par des cuillères en métal. Mais aujourd’hui, l’intérêt pour le folklore suisse a rendu les cuillères en bois, éventuellement sculptées et joliment décorées, de nouveau à la mode.

Un dernier instrument plutôt inhabituel est le Talerschwingen; il s’agit d’un instrument composé de deux parties très simples: une pièce de cinq francs et un bol!
Les joueurs font tourner doucement la pièce dans un bol de céramique et la hauteur du son change en fonction de l’emploi de bols de différents diamètres.

Auteure

Alessandra Ivaldi (Italie)

Langues : Italie, anglais, allemand, français

L’Europe est... un héritage culturel.

site web: https://iva1794.wixsite.com/home

Traductrice

Francesca Barmaz (Italie)

Études: Traduction

Langues: italien, français, espagnol, anglais, portugais

L’Europe c'est… une scène multicolore où les différences représentent un véritable patrimoine historique, ethnique et culturel.

Author: alessandra

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php