Post-Brexit: Amsterdam, la nouvelle Londres

En juin 2016, le New York Times a publié un article sur un possible scénario post-Brexit dans lequel le rôle de Londres en tant que City, capitale financière, centre de travail et de formation, reviendrait à une autre ville. En effet, Amsterdam a obtenu le meilleur score des villes européennes les plus analysées et citées d’après le classement issu du Global Financial Centers Index qui mesure le degré d’attractivité des places continentales. Aujourd’hui, avec le Brexit en marche, la transformation d’Amsterdam en “nouvelle Londres” est en passe de devenir une réalité.
De quelle façon ? Quels en seraient les avantages et les inconvénients ?

De Elena Noventa / 19.09.2019

La langue est avant tout ce qui unit le plus Amsterdam à Londres : aux Pays-Bas, 90% de la population parle parfaitement l’anglais et, en outre, de même qu’au Royaume-Uni, l’offre éducative des écoles et des universités est fortement tournée vers l’international. Cela en fait une destination attrayante, non seulement pour les grandes entreprises, mais également pour les étudiants, les chercheurs et les professeurs du monde entier. Amsterdam est en effet l’une des villes les plus avant-gardistes en matière de recherche et d’innovation, principalement numérique et technologique. De plus, les universités néerlandaises sont beaucoup plus accessibles, notamment en matière de coûts, que les prestigieuses universités du Royaume-Uni, tout en maintenant la garantie d’une bonne éducation.


Amsterdam est également une plaque tournante du commerce international, avec l’un des aéroports les plus importants d’Europe et des infrastructures portuaires et maritimes. Elle est également très bien reliée au réseau ferroviaire à grande vitesse qui permet d’atteindre rapidement des centres tels que Bruxelles ou Paris. Il convient de souligner aussi la proximité entre Amsterdam et Londres, ce qui permet aux entreprises de maintenir des relations avec le Royaume-Uni. Amsterdam, grâce au système fiscal néerlandais très avantageux pour les entreprises, est déjà le siège social de nombreux géants tels que Google, FCA, eBay et Uber. En outre, depuis la mi-2018, dans la perspective d’un Brexit de plus en plus concret, Panasonic, Sony et EMA (Agence européenne des médicaments) ont également quitté Londres pour s’installer à Amsterdam, officialisant ainsi le titre d’héritier de la City.
Il est impossible de ne pas la mentionner aussi comme l’une des plus belles villes d’Europe : l’architecture pittoresque, les canaux, la fusion du classicisme et de la modernité, la culture, l’art, la vie nocturne et la nordic aesthetic créent une atmosphère unique qui la rend depuis toujours l’une des destinations touristiques les plus prisées.

Cependant, il existe des différences indéniables entre les deux villes et certaines difficultés apparaissent déjà. D’abord, Amsterdam est de dimension modeste, beaucoup plus que Londres (comme d’ailleurs toute autre ville européenne) ; cette caractéristique se répercute inévitablement sur l’évolution des loyers qui ont augmenté jusqu’à 60% au cours des cinq dernières années, et sur la pénurie de logements qui a forcé l’administration à arrêter le soi-disant buy-to-let (acheter pour vendre). En général, le coût de la vie a augmenté, en particulier pour les milieux relativement modestes. Il s’agit d’un phénomène typique des “capitales financières”, telles que Londres, qui tendent à présenter un style de vie mieux adapté aux plus riches, créant ainsi un contexte social scindé en deux, avec d’énormes disparités entre pauvres et riches. A terme, Amsterdam, déjà petite, court le risque de manquer d’espace et de perdre aussi la capacité d’accueillir des habitants à faibles revenus.
Cependant, malgré la crainte qu’un jour un tel destin devienne réalité à Amsterdam, c’est précisément sur le plan culturel et politique que se joue la grande différence entre les deux villes : Amsterdam est traditionnellement une ville attentive aux inégalités, avec un taux de pauvreté parmi les plus bas au monde. Aux Pays-Bas, les gouvernements ont l’habitude de voir, contrairement au Royaume-Uni, les différentes factions politiques collaborer, et par conséquent, de nombreuses forces peuvent influencer les décisions politiques. Ainsi, elles ont toujours évité l’existence de gouvernements univoques. Ce modus vivendi peut constituer un obstacle au développement d’une jeune capitale financière, mais il pourrait également s’avérer un tournant dans sa conception.
En résumé, le processus de transformation d’Amsterdam en “nouvelle Londres” est désormais irréversible.
Wanna join?Amsterdam vous attend!

Auteure

Elena Noventa (Italie)

Études : Lettres, communication et spectacle

Langues : Italien, Anglais, Français

L’Europe est… unie par les frontières qui la divisent.

Traductrice

Francesca Barmaz (Italie)

Études: Traduction

Langues: italien, français, espagnol, anglais, portugais

L’Europe c'est… une scène multicolore où les différences représentent un véritable patrimoine historique, ethnique et culturel.

Relectrice

Danielle Kramer (France)

Études / travail : langue anglaise, enseignement et animation d’ateliers consacrés à l’apprentissage des langues et à la pratique de la lecture.

Langues : français, anglais, hébreu, et allemand; japonais, russe et grec moderne élémentaires

L’Europe… c’est une mosaïque de langues et de cultures encore à découvrir.

Author: alessandra

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php