Vous reprendrez bien un café ?

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le café italien, de l’incroyable diversité de cette boisson aux légendes qui entourent son histoire, d’une guerre de religion à un pape gourmand…

De Alessandra Ivaldi / 21.07.2020

Qu’est ce que le café ? C’est d’abord une boisson connue du monde entier, que chaque nation consomme à sa façon. Les nations se différencient les unes des autres par leur manière de boire le café. Dans la culture italienne, le café fait partie intégrante du quotidien et sa consommation est un véritable rituel. Un bon café nous réveille le matin et rend notre journée plus belle. À l’inverse, un mauvais café est source de mauvaise humeur et d’irritation. En Italie, le café ne se boit pas qu’au petit-déjeuner. Les Italiens boivent plusieurs cafés par jour, malgré les recommandations des médecins.

La grande diversité des types de café qu’ils ont inventé est une autre particularité qui distingue les Italiens du reste du monde. Quand vous entrez dans un café en Italie, vous y verrez à toute heure de la journée plusieurs clients buvant un café. Si vous êtes un peu attentif, vous verrez qu’il n’y en a pas deux pareils. Il faut reconnaître la créativité immense et l’incroyable capacité d’adaptation qu’ont les baristas italiens face aux demandes les plus farfelues, car les clients, en plus du grand nombre de types de cafés déjà existants, peuvent personnaliser leur café en demandant des modifications ou des ajouts. Mais une chose après l’autre. Commençons par les cafés italiens les plus connus.

Il faut d’abord savoir  que le café italien classique correspond à ce que l’on appelle un « espresso » à l’étranger. C’est un café très concentré qui se sert dans une petite tasse. les puristes le boivent sans sucre. Il existe une version encore plus corsée de l’espresso, qu’on appelle caffè corto ou ristretto (café plus court ou réduit). Il est encore plus concentré que l’espresso. Quand on le commande dans un café italien, ne soyez pas surpris si le serveur ou la serveuse vous amène une petite tasse contenant une toute petite quantité de café, parfois même quelques gouttes seulement. C’est ainsi que se boit le caffè ristretto ! C’est en le buvant ainsi qu’on savoure le plus le goût du café. Mais le caffè ristretto ne plaît pas à tout le monde. Le café tel qu’il est bu le plus souvent à l’étranger est nommé caffè lungo (café long) en Italie. Il est servi dans de plus grandes tasses et a un goût plus fin que l’espresso, car il se prépare avec plus d’eau. Le café dit « américain » est un cousin éloigné du caffè lungo, mais beaucoup d’Italiens le voient d’un mauvais oeil car il est beaucoup plus léger que les cafés que nous avons déjà évoqués. Il est servi dans de grandes tasses et est dilué avec de l’eau. 

Le cappuccino est tout aussi célèbre. Il se prépare en mélangeant du café et de la mousse de lait. Mais les Italiens ne se satisfont pas d’un simple cappuccino ! Si vous êtes au comptoir et que vous commandez un cappuccino au barista, vous pouvez demander un cappuccino sombre (avec un mélange plus fort en café) ou clair (moins de café). Et surtout, ne confondez pas cappuccino et caffè e latte (café au lait) ! Le caffè e latte est généralement servi dans un grand vers et se compose de café et de lait chaud. Quelle est donc la différence entre caffè e latte et cappuccino ? Le caffè e latte contient plus de lait, tout simplement.

Passons au mocaccino, également proche du cappuccino. Le mélange ressemble beaucoup au cappuccino, mais on ajoute au mocaccino une petite quantité de chocolat et de crème, et il peut être saupoudré de poudre de cacao. Et pour les plus gourmands, essayez le marocchino, spécialité du nordouest de l’Italie. Voilà comment on le prépare en règle générale : on verse la mousse de lait dans un petit verre dont les parois ont été au préalable recouvertes de chocolat- mais on trouve aussi des marocchino sans chocolat sur les parois. On mélange ensuite le café au lait et on ajoute du chocolat ou du cacao au tout. Il existe plusieurs variantes de cette recette, dont certaines sont encore plus spectaculaires : imaginez ce mélange avec de la crème et de la cannelle !

Le caffè macchiato (café tacheté) est beaucoup moins extravagant. Pour le préparer, il faut ajouter une touche de lait au café. À l’inverse, vous boirez un latte macchiato (lait tacheté) si le lait est tacheté d’une touche de café.

Dans le nord-est de l’Italie, c’est le caffè corretto (café corrigé) qu’on apprécie particulièrement. Il s’agit d’un espresso allongé de grappa ou d’une autre liqueur.

Après les traditions du nord de l’Italie, il est temps de nous rendre au sud de la botte, où l’on voit que des habitudes particulières en matière de café sont nées en raison des fortes chaleurs. C’est le cas du caffè in ghiaccio (café glacé). Vous pourrez le goûter si vous passez vos vacances dans le sud de l’Italie. Il suffit d’aller dans un café et de commander un café et une verre rempli de glaçons. Ajoutez autant de sucre que vous le souhaitez puis versez le café dans le verre. Attention, il faut que les glaçons sortent tout juste du congélateur. Il ne faut pas qu’ils commencent déjà à fondre, car cela diluerait le café. Dans la même veine, on trouve également le caffè shakerato (café secoué) : remplissez un shaker de café, de sucre et de glace puis secouer vivement. Ajoutez une liqueur ou du chocolat et vous obtiendrez un délicieux dessert.

Maintenant que nous avons découvert les plus importants types de café servis en Italie, nous pouvons nous pencher sur un aspect étonnant de la relation qu’entretient la péninsule à la célèbre boisson. Il faut savoir en effet que l’Italie n’a pas réservé un très bon accueil au café à ses débuts – malgré toute la prétendue « dépendance » des Italiens au café. Le café n’est arrivé en Italie que vers 1600 par les relations commerciales entre Venise et l’empire Ottomans, qui consommaient déjà ce drôle de breuvage depuis longtemps. Dans l’esprit italien, le café était donc lié à la culture islamique. Les inflexibles catholiques prenaient donc soin de l’éviter car ils prenaient le café pour l’oeuvre du démon. L’Église qualifiait le café d’instrument du malin pouvant rendre son consommateur vigilant, bavard et désinhibé. Mais c’est finalement par l’intervention de l’Église que le café fut accepté par les Italiens…quelle ironie ! Le pape Clément VIII a en effet voulu goûter cette dangereuse et diabolique boisson. D’après la légende, il sirota son premier café puis déclara que ce serait un péché de laisser aux mécréants le privilège d’une si délicieuse boisson. Clément VIII décida donc de baptiser le café pour en chasser le malin. Et c’est à partir de là que le café a commencé son incroyable conquête de l’Italie.

Auteure

Alessandra Ivaldi (Italie)

Langues : Italie, anglais, allemand, français

L’Europe est... un héritage culturel.

site web: https://iva1794.wixsite.com/home

Translator

Lise Moncey (France)

Etudes: Sciences politiques (Sécurité internationale) et Anglais

Langues: Français, Allemand, Anglais, bases de polonais

L’Europe c’est...là où j’entends dans une seule journée 3 ou 4 langues différentes en parlant avec des gens venus de toute l’Europe, et ça chaque jour de la semaine.  

Author: alessandra

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php